William Creek et Lac Eyre

Juste avant et juste après notre expédition au lac Eyre, nous avons fait un petit arrêt à William Creek pour avoir quelques informations sur l’état de la route mais surtout pour déguster de la bonne nourriture locale : hamburger, sausage rolls… que du diététique ! William Creek est une « ville » de 12 habitants (non je n’ai pas oublié un chiffre). Il y a les 3 personnes qui travaillent au pub, les 2 qui s’occupent des vols en hélicoptère pour visiter le lac Eyre et la famille Ingalls (enfin l’équivalent). Lorsque l’on se retrouve dans cette ville et en particulier dans le pub qui est le centre névralgique, on a comme l’impression de passer dans un autre temps. Les murs de la salle où nous avons mangé étaient décorés de photos de rodéo, de têtes de buffles et de peaux de vaches… Au bar, des milliers de cartes de visites, permis de conduire, cartes d’identités témoignaient de la visite de nombreux visiteurs de passage. Toute autre forme de civilisation se trouve à plus de 200km. Je me demande encore quelle personne, qui n’aurait pas un intérêt particulier à disparaître de la circulation, peut supporter de vivre dans ces conditions…

Quoiqu’il en soit, ses habitants y semblaient plutôt heureux et nous ont bien orientés concernant l’état de la route qui menait au lac Eyre : very bumpy ! C’est-à-dire ? Cela signifie 60km de route en taule ondulée : grosses secousses, beaucoup de bruit, les amortisseurs ont eu du boulot mais cela en valait la peine.

Au fur et à mesure que nous approchions du lac, le paysage se métamorphosait pour annoncer cette merveille géologique qu’est le lac Eyre. Un lac de sel à perte de vue offrant diverses facettes selon l’heure de la journée ou bien l’endroit d’où on l’observe. Parfois rosé et parfois jauni, quelques craquelures sillonnent son blanc immaculé et fait rarissime : il était rempli d’eau à 40% ! Cela ne se produit que quelques fois par siècle. Nous avons donc profité du coucher, puis du lever du soleil le lendemain matin, nous avons marché dessus et avons tâché au mieux de l’apprivoiser…

 

Ou dormir en van au lac Eyre ?

One thought on “William Creek et Lac Eyre

  1. Pingback: Oodnadatta Track |  Walk Around The World

Leave a Reply

%d bloggers like this: