Trondheim et sa région

Les bœufs musqués derrière nous, nous sommes partis en direction de la troisième plus grande ville de Norvège : Trondheim.

Avant d’y arriver, il nous fallait (comme tous les soirs) trouver un endroit, de préférence idyllique, où poser la tente. Pour se faire, nous avons quitté l’autoroute E6 et emprunté des petites routes contournant plusieurs lacs. L’endroit était magnifique, mais à chaque fois que nous tentions d’avancer sur une route en terre, nous arrivions à une jolie maison isolée. Après 1h de recherche, nous avons commencé à perdre espoir : cette région des lacs ne voulait pas de nous. Finalement, nous avons aperçu des voitures et un camping-car garés sur un grand parking. Nous y sommes allés. L’endroit ressemblait à un vrai camping : des toilettes, des tables de pique-nique, de grands espaces recouverts d’herbe, mais aucune information concernant le tarif. Un motard, immatriculé en France, était en train d’installer sa tente. Nous lui avons demandé s’il s’agissait d’un camping gratuit, il n’en savait pas plus que nous. En y regardant de plus près, nous avons trouvé un panneau “camping interdit” et nous avons compris que le lieu était en réalité destiné aux personnes souhaitant venir pêcher dans les lacs. Tant pis, nous avons décidé de faire comme tout le monde et de nous y installer pour la nuit.
Nous avons monté la tente avec vue sur le premier lac. Lac dans lequel nous avons vu deux jeunes plonger puis sortir de l’eau pour se savonner et retourner à l’eau pour se rincer. Bizarrement, ils ne se sont pas attardés dans le lac…
La tente était en place, mais une grande famille ayant décidé de faire un barbecue en musique nous a motivés à déménager vers le deuxième lac, un peu plus loin.
Au matin, nous avons décidé de nous inspirer des deux jeunes de la veille en prenant un petit bain (avec savons bio) dans le lac. Pas de plongeons pour nous, mais de l’eau jusqu’aux genoux, c’est déjà bien.

Reposés et bien propres, nous sommes partis à la découverte de Trondheim et de sa région.
Nous avons commencé par la Bymarka, une région boisée à l’ouest de la ville. Là, nous nous sommes arrêtés près d’un lac (encore un) pour déjeuner. Nous étions entourés de familles norvégiennes venues passer leur dimanche après-midi dans le coin. Et une fillette de 4 ans environ était tranquillement en train de faire trempette dans le lac. Il faut croire que le sang viking leur permet de ne pas ressentir le froid.
Dans la ville de Trondheim, nous avons d’abord visité la cathédrale de Nidaros, le plus vaste édifice médiéval de Scandinavie. Dans son jardin, un cimetière quelque peu chaotique. L’intérieur se visite moyennant 80 NOK (~8€) par personne. Pour être honnête, le  prix est un peu excessif car la cathédrale n’a rien d’exceptionnel si ce n’est une jolie lumière filtrée par les vitraux modernes. Nous avons aussi eu la chance d’assister à la répétition d’une chorale.


Concernant la ville en elle-même, elle nous a paru particulièrement calme, mais il faut dire que nous y étions le lendemain d’une semaine de festivités en l’honneur du roi canonisé Saint-Olav. Ce n’est pas une ville au charme incroyable, mais elle reste tout de même agréable pour s’y promener quelques heures.

Nous avons ensuite repris la route et avons trouvé un magnifique endroit, comme on les aime, au bord de la route secondaire rv759, donnant, une fois de plus, sur un lac, où nous avons pu nous installer pour la nuit.

Leave a Reply

%d bloggers like this: