Shark Bay – Monkey Mia

Après une halte logistique à Carnarvon, nous souhaitions faire la route des Blowholes, une route 4X4 menant à différents « trous du souffleur » et offrant de beaux points de vue sur l’océan. Avant de nous y rendre, nous sommes allés nous renseigner au centre d’informations et là, les dames nous ont dit « Très mauvaise idée ! ». En effet, une alerte à la tempête (ou au cyclone, nous n’avons jamais vraiment su) avait été donnée pour la nuit à venir et des vagues gigantesques auraient pu nous ensevelir ! Alors nous avons préféré continuer vers le sud en direction de Shark Bay.

Classé  au Patrimoine Mondial, Shark Bay englobe 2 péninsules parallèles à la côte baignées par un riche parc marin. Ce site est extraordinaire à plus d’un titre. Il réunit en effet un exemple rare d’un processus géologique en cours (le façonnage de ses fonds par les herbiers marins) ; un phénomène naturel unique (des eaux de mer hypersalines) ; un témoignage exceptionnel d’un des grands stades de l’évolution (les stromatolites de Hamelin Pool) et différents habitats précieux pour la survie d’espèces menacées.

Avant d’atteindre Denham, la principale ville de Shark Bay, il y a différents points d’intérêt où s’arrêter. Le premier est les fameuses stromatolites, des formations, descendantes de bactéries vieilles de 3,5 milliard d’années, ayant évolué sous forme de biosédiments plus complexes. C’est absolument incroyable… dans l’idée… mais visuellement, on dirait des pierres dans l’eau. Et nous avons dû nous y reprendre à 2 fois pour les voir : à l’aller, suite aux intempéries des précédents jours, le niveau de l’eau était monté et les stromatolites non visibles. Nous y sommes donc retournés sur la route du retour.

Ensuite, il y a Shell Beach, une plage formée de minuscules coquillages empilés par endroits sur 10m d’épaisseur. Sous l’effet de la pluie, ces coquillages propres à Shark Bay s’agglomèrent pour former une matière dure, transformable en briques, utilisées à l’époque pour certaines constructions.

Eagle Bluff, du haut de ses falaises, offre une vue spectaculaire sur l’océan et sur les oiseaux installés sur une petite île au large (des aigles en particulier). Il s’agit également d’un très bon endroit où passer la nuit mais attention à bien avoir son permis (gratuit) ou à s’installer après le passage quotidien du Ranger…

Denham est une toute petite ville dont on peut faire le tour très rapidement. Nous connaissons particulièrement son centre d’informations ainsi que son DEC (Département chargé entre autre de l’ouverture/fermeture des routes). En effet, à notre arrivée, nous avons appris que François Péron National Park et Steep Point, 2 endroits où souhaitions nous rendre, étaient fermés à cause de la fameuse tempête MAIS qu’ils devraient rouvrir sous « a couple of days » soit 2 jours. Alors nous avons pris notre mal en patience…

Le premier jour n’a pas été difficile à occuper : nous sommes allés à Monkey Mia, connu pour ses dauphins souffleurs sauvages qui viennent presque sur la plage, 3 fois par matin, pour se faire nourrir. Même si l’on nous explique bien qu’il s’agit d’un phénomène naturel, cela donne un peu l’impression d’un numéro de cirque. L’après-midi, nous avons fait une marche de quelques kilomètres dans des dunes et avons appris plein de choses sur les oiseaux de la région.

Le lendemain, nous sommes retournés nous renseigner sur l’état des routes et, pas de chance, il avait plu dans la nuit, nous voilà reparti pour « a couple of day » ! Alors nous nous sommes essayés à la pêche à little lagoon, une avancée d’eau dans les terres. Résultat : rien ! Mais d’après Franck c’est parce que les appâts n’étaient pas adaptés et que les plombs n’étaient pas assez lourds… Mouais…

Nous avons également, sur les conseils d’un Ranger de Monkey Mia, fait une soi-disant piste 4X4 mais il s’agissait en réalité d’une piste pour quad alors notre Obi s’est senti un peu à l’étroit.

Et le lendemain, nous sommes repartis aux infos… Les quelques gouttes tombées dans la nuit ont à nouveau repoussé la réouverture… Peut-être dans « a couple of day »…

Nous avons abandonné !

En discutant avec un australien rencontré au camping d’Eagle Bluff, nous avons appris que l’administration fermait les routes en terre ou en sable, non pas pour éviter que l’on ait des problèmes mais plutôt pour éviter que l’on abîme leurs routes. En effet, si un 4X4 passe sur une piste après la pluie, il risque de déformer le terrain et il faudrait ensuite la réhabiliter.

A l’heure où j’écris ces lignes (plus de 15 jours plus tard), le François Péron National Park n’est toujours pas rouvert. Ça en fait des « couple of days »…

 

Cet album photos est Denham vu par moi car il faut savoir que Franck vous ment à travers ses photos, il ne prend que le beau, zoome pour éviter que l’on voie ce qui fait « tâche »… Et bien voici la vraie Denham !

 

Ou dormir en van à Shark Bay ?

3 thoughts on “Shark Bay – Monkey Mia

  1. LSK

    Pourquoi aller sur votre Blog ?! Non mais c’est vrais, pourquoi s’imposer cette torture quotidienne ? Je pourrais aussi aller voir tous les jours le menu d’un quatre étoile pour me faire saliver.
    Nous ce qu’on veut, au final, c’est savoir que vous allez bien. Alors, je propose que vous transmettiez des infos plus succinctes style télégraphe ” Il fait moche STOP rien à faire STOP on s’ennuie STOP santé ok STOP”
    D’ailleurs, je remarque de Franck doit être d’accord avec moi dans la mesure ou ça doit faire un mois qu’il a rien écrit.
    See Ya.

  2. Françoise

    M’enfin LSK, tu n’es pas tout seul à lire le blog. Moi, j’aime la gazette australienne avec les photos sensas qui font rêver. Je trouve même qu’il n’y en pas assez! Vu que je ne ferais sans doute jamais le voyage, je suis heureuse d’avoir un aperçu. Quant à Frank il s’occupe sans doute des choses pratiques!!! Gros bisous à tous.

  3. Pingback: Camping sauvage en Australie |  Walk Around The World

Leave a Reply

%d bloggers like this: