Litchfield National Park

Si l’on souhaite voir de splendides cascades se déversant dans des bassins naturels entourés de verdure tropicale, il faut aller au Litchfield National Park ! Enfin à condition d’être déjà en Australie, sinon ça fait un peu loin…

A quelques kilomètres de l’entrée du parc, nous sommes allés voir des termitières magnétiques. Il s’agit de termitières ayant l’apparence de stèles funéraires et sont dites magnétiques, non pas parce qu’elles attirent les objets métalliques, mais parce qu’elles sont parfaitement alignées du nord au sud et conçues pour réguler la température de sorte que la carapace des termites s’acclimate aux changements extrêmes des saisons (pour être honnête, cette dernière ligne vient du guide car je n’ai pas tout compris à ces termitières mais je compte sur mon frère, spécialiste des documentaires animaliers nocturnes, pour m’éclairer sur le sujet…).

Le soir, nous nous sommes rendus au camping situé à côté du Buley Rockhole où l’eau tombe en cascade dans une série de trous d’eau rocheux. Etant donné la chaleur extérieure, nous n’avons pas attendu pour faire un petit plongeon dans l’eau fraîche et en avons bien sûr profité à nouveau le lendemain matin.

Ensuite, direction les Florence Falls, « The place to be », tous les touristes s’y étaient donnés rendez-vous. Le monde ne nous a pas empêchés de nous rafraîchir à nouveau dans l’eau. Nous avons tenté de nous approcher de la cascade à la nage mais avec la puissance de l’eau, nous faisions plutôt du sur place.

Les Tolmer Falls sont de très hautes chutes. Elles ne sont visibles que depuis une passerelle en hauteur. Un petit sentier de randonnée, sans réel intérêt, permet de voir un peu mieux la vallée.

Sur le parking de ces dernières, il nous est arrivé une petite mésaventure qui m’a laissée perplexe quant à la mentalité des gens… Après avoir déjeuné, je suis allée aux toilettes et j’ai commencé à entendre une personne crier un nom en boucle. En retournant vers le van, j’aperçois la personne en question contourner une voiture en semblant s’appuyer dessus avec difficulté tout en continuant à appeler mais parmi tous les gens présents sur le parking, aucun ne semblait s’en inquiéter. Je finis par dire à Franck qu’il serait quand même bien d’aller voir ce qu’il se passait. Eh bien, il s’agissait « simplement » du vielle femme aborigène qui s’était sentie mal dans sa voiture, elle avait des douleurs à la poitrine, avait fait une crise de panique et appelait sa fille à l’aide, une guide partie accompagner un groupe de touristes. Je lui ai apporté une chaise, de l’eau, Franck est allé chercher sa fille et tout est rentré dans l’ordre… Mais pourquoi personne d’autre n’a levé le petit doigt ? Je soupçonne que si cette femme n’avait pas été aborigène, les choses auraient été différentes. Ou peut-être pas…

Les Wangi Falls font normalement partis des chutes les plus populaires du parc mais la baignade étant proscrite pour cause de crocodiles mal intentionnés, il n’y avait pas grand monde si ce n’est 3 photographes ultra-équipés. Ce sont certainement eux qui nous font rêver dans les brochures…

Pour finir la journée nous nous sommes rendus à « Cascades Creek ». Après une marche de quelques kilomètres à travers une jungle dense, lors de laquelle nous avons croisé des spécimens d’araignées assez impressionnants, nous sommes arrivés à une série de bassins en cascade. Nous en avons profité pour tester nos masques et explorer ainsi les profondeurs de la roche et avons découvert… quelques algues vertes fluorescentes. Ce n’est qu’un début !

Le lendemain, nous devions nous rendre à Darwin et nous savions que la première partie de la route était une « gravel road ». Ne connaissant pas l’état de la route nous avons choisis de passer encore une nuit dans le parc pour éviter de rouler la nuit. Nous nous sommes donc installés sur le parking d’une marche menant à différents trous d’eau et le lendemain matin, pendant que nous prenions notre petit déjeuner, des Rangers sont venus nous signaler que nous n’avions pas le droit de rester là pour la nuit à venir. Comme une impression de déjà-lu … ?

 

Ou dormir en van à Litchfield National Park ?

4 thoughts on “Litchfield National Park

  1. LSK

    Bah sauf erreur, en etant aligné d’est en ouest les surfaces plates sont situées au nord et au sud. Le soleil allant lui de l’est a l’ouest, ce ne sont jamais les surfaces plates qui sont directement impacté par le soleil. Comme ça il fait moins chaud. Les Thermites construisent l’inverse de ce que nous voulons dans nos appartements parisiens.
    Je savais bien que toutes ces soirées devant chasse, pêche et compagnie me serviraient un jour…

  2. LSK

    J’aurais peut être mieux fait de bosser ma grammaire. Damned quand on post un truc et qu’on décide, enfin, de se relire, on ne peut pas revenir en arrière.

  3. Pingback: Camping sauvage en Australie |  Walk Around The World

Leave a Reply

%d bloggers like this: