La Havane: la capitale aux multiples facettes

La Havane est la capitale de Cuba, ça tout le monde le sait… Elle se divise en 3 parties principales: el Vedado, el centro Habana et la Habana vieja.

Nous avions trouvé un hébergement dans le Vedado, le quartier le plus résidentiel de la Havane, caractérisé par ses maisons coloniales.

 

Le 1er jour, sur indication du guide Lonely Planet, nous avons parcouru les quelques kilomètres nous séparant du centro Habana, à pieds, en passant par le Malecón, la voie longeant la mer et, pour reprendre les termes du guide “l’une des artères les plus expressives et les plus profondément cubaines de la ville”. Il s’agit en réalité d’une route à 4 voies bordée d’un trottoir régulièrement inondé par la mer agitée. Et pas plus de 3 cubains croisés sur près de 4km de marche…

Le guide nous aurait-il menti ? Peu importe, nous étions presque arrivés au centro Habana et déjà un cubain venait à notre rencontre. Il parlait même quelques mots de français. Il avait un ami qui vivait à Lyon . Il nous a indiqué sur un petit guide qu’il avait dans sa poche, tous les endroits à visiter à la havane… Là ça devenait suspect. Nous étions victimes de notre premier jinetero (rabatteur) ! Et je dis bien premier car cela a duré toute la journée. Le premier on ne l’a pas vu venir, le second, on a vite compris ses intentions mais on l’a suivi un peu dans les rues de la Havane en se disant qu’il allait même peut-être nous faire découvrir des choses intéressantes dans la ville, le troisième on l’a laissé parlé “j’ai un ami à Lyon…ou Toulouse… Zidane…place de la Concorde… Allez enfants de la patriiiie….” et on a coupé court et à partir du quatrième, on ne les a plus laissé commencer. Résultat: nous n’avons jamais su si le fameux festival de salsa auquel ils voulaient tant nous accompagner existait vraiment. Je tiens tout de même à préciser qu’il n’y a jamais eu la moindre agressivité de la part de ces jineteros, la Havane est une ville extrêmement sûre, entre autre grâce à une police omniprésente.

Pour en revenir à la ville même, notre première impression a été plutôt mitigée: les vieilles voitures américaines qui font partie du charme de Cuba sont aussi très bruyantes et très polluantes, en dehors de quelques belles maisons coloniales (surtout dans le Vedado), la plupart des logements sont ravagés par le temps, les routes et les trottoirs sont truffés de nids de poule, les commerces sont quasi inexistants… La Havane est comme au lendemain d’une catastrophe climatique sans les habitants traumatisés… Il y a bien sûr de très beaux bâtiments comme le Capitole ou le musée de la Révolution mais l’impression générale reste assez austère.

Le lendemain nous avons pris un taxi direction la Habana vieja (la vieille Havane) et là, c’est une toute autre facette de la ville que nous avons découverte. Contrairement à ce qu’indique son nom, tout est neuf ou plutôt rénové ou en cours de rénovation. Les bâtiments sont accueillants, les rues agréables, les cafés, restaurants et magasins attractifs… Mais les femmes posant en tenue créole, un cigare à la bouche nous ont vite fait comprendre que nous étions dans LE quartier touristique !

Nous nous sommes arrêtés devant l’un des nombreux bâtiments en travaux (un futur musée) et avons discuté quelque peu avec l’un des ouvriers. Paris représentait un rêve inaccessible pour lui car le gouvernement ne délivre aucun passeport a ses ressortissants (en réalité ils y ont le droit mais très peu de cubains y ont accès, faute d’argent). A la question “avez-vous le droit de dire ce que vous voulez ?” il nous a répondu non….

Le 3e jour, il ne nous restait que quelques heures pour continuer à arpenter les rues havannaises avant de récupérer notre voiture de location. Et c’est encore un nouvel aspect de la ville que nous avons pu connaitre. Cette partie de la ville, d’après le guide et les plans touristiques, n’appartient à aucun des 3 quartiers précédemment cités et c’est pourtant celui que nous avons le plus apprécié : des maisons et des immeubles plus ou moins beaux, des commerces et des restaurants pour tous, une magnifique université remplie de jeunes branchés à leurs ordinateurs portables… En résumé, une ville normale !

En 2 jours et demi, nous avons pu voir à la Havane, tout et son contraire. Il nous aurait donc certainement fallu quelques jours de plus pour mieux la cerner. (ndlr: le retour à la Havane, à la fin de notre périple, nous a permis d’avoir une vision quelque peu différente)

 

7 thoughts on “La Havane: la capitale aux multiples facettes

  1. Pingback: Viñales et sa région |  Walk Around The World

  2. Francisco de Cubaveo

    Bonjour, Est ce que vous pouvez donner le tarif moyen des hébergements de la capitale? cela m’aiderais beaucoup pour la préparation de mon prochain séjour à Cuba.
    Merci d’avance

    1. sandra Post author

      Bonjour, les tarifs des casas particulares (le meilleur moyen d’hébergement à Cuba !) sont plus ou moins standardisés dans le pays. Comptez 35 CUC pour la Havane et entre 20 et 25 CUC pour les autres villes de Cuba. Pour la Havane, mieux vaut réserver à l’avance ou au moins avoir un contact qui vous aidera sur place à trouver une casa dispo. Si vous le souhaitez, je peux vous donner les coordonnées de celles où nous avons dormis.

      1. Pierre

        Puisque nous nous rendons à Cuba au mois d’avril et qu’il s’agit de notre premier voyage dans cette île, j’apprécierais avoir les coordonnées de la casa où vous avez séjourné à La Habana. Merci à l’avance pour votre gentillesse.
        Pierre (Québec)

  3. Pingback: Baracoa, playa maguana, Alejandro Humboldt, boca de yumuri |  Walk Around The World

  4. Pingback: De retour à la Havane |  Walk Around The World

Leave a Reply

%d bloggers like this: