Karijini National Park

Un grand nombre de voyageurs croisés sur notre route nous avaient fortement vanté les mérites du Karijini National Park. Nous ne pouvions donc pas passer à côté. Pour nous y rendre, nous avons choisi de faire un léger détour en empruntant une magnifique unsealed road passant par Marble Bar et Newman.

La première ville, Marble Bar, s’est faite connaître en 1924, année durant laquelle le thermomètre n’est pas descendu au-dessous de 37,8°C pendant 161 jours d’affilée. Le principal (et unique) intérêt de la ville est une piscine naturelle, Chinaman Pool, située près de la « Marble Bar », une « barre » de jaspe dans une paroi rocheuse que les pionniers ont confondue avec du marbre.

Newman, quant à elle, n’a pour intérêt que son supermarché où nous avons pu faire le plein de courses. Ce qui est assez marrant dans cette ville, c’est qu’elle a été créée pour héberger les travailleurs des mines des alentours ; Du coup, la plupart des gens, hommes et femmes, portent une veste bleue et jaune fluo. Nous nous sentions presque marginaux avec nos vêtements civils.

Sue les conseils de l’office de tourisme, nous nous sommes rendus à Silent Gorge, un bel endroit où le seul bruit était l’écho de nos voix : idéal pour y passer une bonne nuit.

Le parc national de Karijini se divise en 2 grandes parties : Dales Gorge et Weano Gorge.

Les marches assez accessibles de Dales Gorge permettent d’accéder  aux chutes de Fortescue Falls et aux bassins de Fern Pool et de Circular Pool dont l’eau est respectivement verte et bleue turquoise. La gorge tient son nom du fait que son sol semble formé d’épaisses dalles.

 

A Weano Gorge, il y a l’Oxers Lookout, d’où l’on peut contempler le fabuleux paysage créé par la rencontre des gorges Red, Weano, Joffre et Hancock.

Dans cette dernière, Hancock Gorge, nous avons fait une marche sur un chemin étroit au milieu de parois aux reflets rouges. Certains passages étaient inondés, il nous a fallu marcher dans l’eau ou, comme la plupart du temps, l’eau étant très fraîche, escalader un peu la roche. En particulier, sur la fin du trek, lors du « Spider Walk » (passage de l’araignée)…

A Weano, il y a également le Hand Trail, que Franck est allé faire tout seul. 2h pour faire 400m le long d’une paroi rocheuse…

 

En dehors de ces 2 régions, il y a quelque autres marches à faire dans le parc mais bien moins connues. Si le temps le permet, Knox Gorge et Joffre Falls valent également le détour. En arrivant sur le parking de la première, nous avons rencontré un canadien qui a décidé de se joindre à nous. Professeur de skysurf l’été, professeur de snowboard l’hiver, cheveux longs, blond… mais ce n’était qu’illusion ! Une fois le T-shirt tombé (car le canadien n’a pas peur de sauter dans l’eau à 10°), le grand sportif se révèle être tout grassouillet et pour ce qui est de ses prestations athlétiques… il s’est retrouvé tétanisé à l’idée d’avancer en se tenant en force sur 2 parois très rapprochées avec l’eau qui passait en-dessous. Franck a dû le coacher pendant près de 20 minutes pour qu’il fasse 5 mètres. Quoiqu’il en soit, il était très sympathique et nous avons passé un bon moment avec lui.

 

Le mont Bruce, un peu excentré, fait également partie du Karijini National Park. Cela faisait bien longtemps que nous n’avions pas gravit une montagne. 1250 mètres, 4h aller-retour, c’est bon, nous n’avions pas perdu la forme !

 

Après un détour par Tom Price, encore une ville habitée par les Hommes en jaune, nous sommes allés à Hamersley Gorge. La ville de Tom Price est connue pour son mont Nameless (mont Sans Nom). Le mont en question porte pourtant un nom aborigène mais ces satanés européens (vous savez, ceux qui sont venus envahir le pays et que les aborigènes détestent) ne s’en sont pas préoccupés et l’ont donc appelé mont Nameless.

Hamersley Gorge a pour particularité d’avoir un sol, bleu, orienté à 45°. Voilà qui ne nous a pas facilité la tâche pour marcher dessus. Et surtout, nous n’avons jamais trouvé la fin du trek. Elle semblait laissée à l’abandon mais étant donné qu’un nouveau centre d’information était en construction sur le parking de cette gorge, nous avons bon espoir qu’elle soit bien mieux entretenue à l’avenir. L’Australie étant un pays en voie développement, il faut leur laisser le temps…

 

Ou dormir en van à Karijini National Park ?

%d bloggers like this: