Kalbarri National Park

Nous avions presque perdu tout espoir de découvrir le Kalbarri National Park, qui affichait « fermé » depuis plusieurs jours suite aux intempéries. En arrivant à l’une des entrées du parc, nous avons croisé un  véhicule qui en sortait, la conductrice nous a alors confirmé que seul l’accès aux lookout (points de vue) était ouvert mais que la route qui menait aux treks restait fermée. Nous nous sommes donc rendus au premier point de vue, Ross Graham où nous avons décidé de passer la nuit avant d’aller, le lendemain matin, au second point de vue, Hawk’s Head. Les deux offrent un splendide panorama sur la Murchison River et les impressionnantes gorges qui  l’entourent.

Nous avons ensuite repris la route en direction de la ville de Kalbarri, pour avoir plus d’informations sur l’éventuelle réouverture du parc et en chemin, au croisement de la route menant aux différents treks, aucun panneau « road closed » n’était présent… nous avons alors décidé d’aller voir de plus près et… miracle ! Le ranger à l’entrée nous annonce que le parc a rouvert le matin même. Nos journées d’attente pour le François Péron National Park n’auront pas servi à rien !

Après quelques kilomètres sur une route de sable en train d’être refaite, nous sommes arrivés au début du premier trek. Les flemmards se limitent à aller voir la « natural window » (fenêtre naturelle), un trou dans la roche offrant une vue étonnante sur la rivière, mais les plus courageux, ce que nous sommes, peuvent profiter d’une marche de 8km longeant, parfois du haut des falaises parfois en bas, la rivière sinueuse. Durant le trek, nous avons sympathisé avec un couple de Melbourne : de vrais trekkeurs professionnels…

Après cette petite mise en jambes et un déjeuner sain et équilibré, nous avons repris la voiture pour nous rendre à l’autre trek : le Z-Bend. Une fois de plus, nous ne nous sommes pas limités au point de vue aisément accessible mais avons préféré marcher quelques kilomètres pour nous rendre aux abords de la rivière, au pied des imposantes falaises.

Le lendemain, nous avons attaqué l’autre partie du parc. Un trek de 9km permettait de longer la côte et d’observer la mer mais, petit problème, il s’agissait de 9km aller ! Alors, nous avons décidé d’attendre une personne qui accepterait de nous amener à l’autre bout du trek afin que nous puissions revenir tranquillement vers la voiture. Cela a été facile : Après avoir passé un peu de temps à observer des baleines au loin que l’on pouvait identifier grâce aux jets d’eau qu’elles expulsaient, une femme voyageant avec ses 2 garçons a accepté de nous installer à l’arrière de son camping-car et de nous déposer à bon port. Durant la marche, nous avons eu la chance d’observer un banc de dauphins, une otarie et un dugong !

Nous avons terminé la journée par la « Mushroom walk » où nous avons pu, une fois de plus, jouir d’un magnifique coucher de soleil.

Et pour une fois, nous avons choisi de passer la nuit dans un caravan park car le concept de douches chaudes commençait à nous manquer et le linge propre se faisait rare…

 

Ou dormir en van au Kalbarri National Park ?

Leave a Reply

%d bloggers like this: