Geiranger

Nous commencions à nous apercevoir que le sud de la Norvège était nettement plus touristique que le nord, mais la ville de Geiranger et son célèbre fjord, Geirangerfjord, inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco, a dépassé tout ce à quoi nous pensions nous attendre. Arrivant du Nord, nous avons emprunté le “chemin de l’Aigle“, une vertigineuse descente composée de 11 lacets qui débouche sur l’étroit fjord. Déjà, sur la route, de nombreux touristes déboulaient de nulle part. Et lorsque la vue s’est dégagée, ce ne sont pas les splendides parois du fjord qui ont attiré notre regard, mais plutôt les trois énormes paquebots accostés, véritables immeubles flottants.
Une fois arrivés en ville, nos craintes n’ont fait que se confirmer. Il y avait des gens partout, vraiment partout, au point de faire ressortir mon agoraphobie, oubliée depuis plusieurs semaines.
Comme il était impossible de se garer, nous avons continuer à rouler, un peu au hasard, jusqu’à tomber sur un parking qui semblait être celui du centre des visiteurs. Nous nous sommes arrêtés et Franck est allé se renseigner. Raté ! Ce n’était pas le centre des visiteurs, mais un musée où il a récupéré quelques documentations sans grand intérêt. Nous avons alors décidé de rebrousser chemin et avons trouvé, par chance, une place où se garer, juste en face des géants des mers, et tout à côté, cette fois, du vrai centre d’informations. Là, après un peu de réflexion, nous avons décidé de réserver une expédition en bateau, l’après-midi même, pour découvrir Geirangerfjord. Et, fidèles à nos habitudes, nous avons choisi d’effectuer le retour de la balade à pieds.
Un peu plus d’une heure nous séparait du départ. Nous en avons profité pour acheté des timbres et poster quelques cartes postales (parce qu’à Geiranger comme aux Champs-Elysées, au soleil ou sous la pluie, à midi ou à minuit, il a tout ce que vous voulez…) et pour déjeuner un peu en retrait de la cohue.
Nous avons embarqué sur un petit bateau de Geiranger Fjordservice, assis à côté d’une grande famille espagnole et de leurs nombreux enfants hyperactifs, et sommes partis à la découverte du fameux Geirangerfjord. Ce fjord étroit est entouré de parois vertigineuses, sur lesquelles sont accrochées de veilles fermes abandonnées. Tout au long du parcours, plusieurs cascades dévalent les falaises avant de se jeter dans l’eau vert émeraude. Les Sept Sœurs, le Soupirant et le Voile de la Mariée, chacune ayant une histoire à raconter.


Sur le chemin du retour, le bateau a accosté au niveau du débarcadère de Skagehola. Seuls un groupe de quatre amis, un autre couple et nous, avons quitté le navire. Après avoir laissé les autres marcheurs prendre un peu d’avance, nous avons entamé une montée ardue de 45 minutes, offrant le beaux points de vue sur le Voile de la Mariée, jusqu’à atteindre, au sommet de la falaise, la ferme de Skagefla.

 

Un peu plus loin, nous avons croisé le couple rebroussant chemin. Ils semblaient totalement perdus. Heureusement, nous avions les traces GPS du chemin à suivre et avons pu indiquer à tout le monde la direction à prendre. La marche, bien que longue et fatigante, s’est avérée être très jolie. la plupart du temps, nous marchions dans des zones boisées, et à quelques endroits, la vue se dégageait laissant apparaître le fjord en contrebas.

Des coups de feu suivis d’une sirène retentissante nous ont fait comprendre qu’il était l’heure pour les paquebots de reprendre le large. Nous sommes sortis de la forêt juste à temps pour les voir partir.

Les derniers kilomètres pour rejoindre la ville nous ont paru bien longs, mais quel bonheur de retrouver une petite bourgade tranquille, loin de toute l’agitation qu’elle avait connue au cours de la journée.


La soirée étant déjà entamée, nous avons décidé de chercher un endroit où dormir, juste à la sortie de la ville. C’est au détour d’un virage, d’une énième route en lacets, que nous avons trouvé notre bonheur. Une sorte de prairie mousseuse, près d’une petite chute d’eau, en contrebas de la route. Malgré une forte pluie, nous y avons passer une nuit relativement agréable.

Leave a Reply

%d bloggers like this: