De Geysir à Hravellir

En ce 2ème jour, nous reprenons la direction de Hravellir. Les pistes sont chaotiques, le paysage est lunaire.

Malgré mon avis défavorable, Franck décide d’emprunter une piste menant à la limite du glacier Langjökull. Après 1/2 h de route, non sans difficultés, nous arrivons aux abords d’une rivière mouvementée et semble-t-il, plutôt profonde. Nous décidons de faire demi-tour.

Avant de reprendre la direction de Hravellir, nous devons nous ravitailler en essence (suite à un certain nombre de calages). Le plus simple est de nous rendre à Geysir, ville qui tient son nom de ses célèbres geysers.

Il s’agit certainement de la plus grande attraction touristique du pays mais il faut avouer que voir jaillir de l’eau à 15 mètres de haut toutes les 10 minutes environ est assez amusant. Pour l’anecdote, aujourd’hui seul le geyser Strokkur assure le spectacle car, dans les années 50, le geyser Geysir a cessé de jaillir à cause des nombreux cailloux envoyés par les touristes qui ont obstrué le réservoir.

Quelques kilomètres plus loin se trouve la cascade Gulfoss. Elle est tout aussi touristique que Geysir mais vaut tout autant le détour.

Un peu loin sur la piste de Kjölur, nous décidons de faire un léger décrochage pour nous rapprocher du lac Hvitárvatn qui borde le glacier Langjökull. L’endroit est idéal pour un bon déjeuner.

Au bout de ce décrochage, une surprise nous attend : notre 1er passage de gué. Coup de chance, deux 4×4 le traversent juste avant nous, en sens inverse. Il semble qu’il faille le prendre en arc-de-cercle et qu’un passage est particulièrement rocailleux. Les conducteurs des deux 4×4 acceptent de patienter jusqu’à ce que nous soyons de l’autre côté de la rivière. Nous nous lançons. Suzette (c’est le nom de notre Suzuki Jimny) a du mal à passer les rochers. Nous calons au milieu de l’eau. Pas de panique, nous passons en mode “low” et révisons la trajectoire. Ça y est, la rivière est derrière nous !

Après cette petite aventure, nous reprenons la route en direction de Hravellir, espérant profiter d’un bain chaud dans l’une des piscines naturelles.

En arrivant, nous faisons vite le deuil de notre bain chaud. Il n’y a en réalité qu’un petit bassin artificiel déjà bien occupé. Par contre, nous nous promenons à travers les fumerolles créées par des sources chaudes, toutes plus insolites les une que les autres. Nous suivons également un sentier sur quelques centaines de mètres et tombons sur une petite grotte. En y regardant de plus près, on aperçoit 2 points brillants dans l’obscurité. Serait-ce des yeux ? Ou peut-être des caméras ? Nous ne le saurons jamais.

Nous reprenons la piste en sens inverse et posons la tente au niveau d’un point de vue sur l’ensemble de la région.

2 thoughts on “De Geysir à Hravellir

    1. sandra

      Derrière chaque viking, il y a toujours eu une Suzette. Ce n’est pas le nom qui fait la force.

Leave a Reply

%d bloggers like this: