Cienfuegos

Sur le route en direction de Cienfuegos, nous avons décidé d’éclaircir un point qui nous intriguait depuis quelques temps: plusieurs fois nous avions vu sur la route des grains étalés sur plusieurs dizaines de mètres sans savoir de quoi il s’agissait (et s’il fallait les contourner ou rouler dessus…). Nous avons donc demandé à un paysan. Et il s’agissait simplement des grains de riz fraichement récoltés qui étaient mis en plein soleil quelques heures pour sécher. Et quoi de mieux qu’une route bien chaude ? Ensuite, il n’y avait “plus qu’à” balayer pour faire des petits tas, remplir les sacs de 50kg puis les charger dans le camion.

En arrivant à Cienfuegos, nous avons une fois de plus choisi de suivre les indication d’Armando en matière de logement mais cette fois.ci, Raquel, la propriétaire de la casa n’a pas pu nous accueillir. Elle nous a donc chaudement recommandé de nous installer chez sa voisine qui était également sa tante. Nous nous sommes donc retrouvés chez 2 mamies, dont les maris n’étaient présents que le soir, vissées sur leurs rocking chairs aux esprits bien vifs lorsqu’il s’agissait de faire du profit. Voilà la pire casa que nous avons connu jusque là tant au niveau de la chambre qu’au niveau de la qualité des repas. Nous les avons surnommées les mamies flingueuses.

En ce qui concerne la ville de Cienfuegos, nous avons pu profiter d’un splendide coucher de soleil sur la baie, au niveau du Malecón (bien plus agréable et plus vivant que le Malecón de La Havane) et avons découvert un centre-ville moderne et dynamique. Bien qu’elle soit relativement rapide à visiter, la ville de Cienfuegos vaut le coup qu’on y fasse escale.

 

Leave a Reply

%d bloggers like this: