Camagüey

Après Topes de Collantes nous avons rejoint la ville de Camagüey réputée pour ses étroites rues escarpées.

À notre arrivée, nous avons été rapidement repérés par des jiniteros à vélo qui nous ont poursuivis sur plusieurs kilomètres pour nous convaincre de les suivre dans l’une des casas pour lesquelles ils faisaient les rabatteurs. Mais une fois de plus nous nous en sommes tenus à l’adresse que nous avait donnée Armando.

Une fois nos affaires déposées dans la habitacion, le mari de notre hôtesse nous a proposé de nous déposer au centre-ville où il devait se rendre (“service” qui nous a finalement été facturé 3CUC). Camagüey est une petite ville dont la plupart des points d’intérêt sont concentrés sur quelques rues autour d’une place centrale, ce qui rend sa visite assez rapide. Une fois la nuit tombée, nous nous sommes assis dans un square pour discuter et là, un cubain nous a interpellés. Antonio parlant quelque peu français souhaitait discuter pour pratiquer la langue. Nous avons finalement échangé nos mails et devrions entretenir une e-correspondance.

Pour retourner à la casa, nous avons commencé à marcher mais nous nous sommes un peu perdus, nous avons donc décidé de faire appel à l’un des nombreux bici-taxi (taxi vélo). Pour le fun et aussi parce que je commençais à culpabiliser d’avoir autant négocié la course qui s’est avérée longue et pleine de montées, Franck a proposé ses talents de coureur cycliste pour finir le trajet. Eh bien, il semblerait qu’il ne soit pas prêt à se reconvertir…

Le lendemain, nous voulions simplement faire un tour au mercado (marché) avant de reprendre la route. En demandant à différentes personnes où il se trouvait, nous sommes tombés sur un homme accompagné de son fils de 3 ans qui s’y rendait justement. Il nous a tout montré, tout expliqué : les fruits, les légumes, les viandes, les médicaments naturels…

Il nous a également offert un verre de la boisson locale: un mélange d’huitres macérées dans un liquide suspect avec un jus légèrement relevé. Comme à son habitude Franck a fait semblant de tremper les lèvres dedans puis m’a laissé boire la totalité (pour moi, un cadeau ne se refuse pas).

Ce cocktail est paraît-il une potion adaptée à la gente masculine, voilà qui explique l’air amusé des deux messieurs !

Ensuite notre nouvel ami tenait absolument à nous emmener au zoo du coin, à quelques rues de là. Pour être honnête, l’endroit était plutôt déprimant. Que ce soit pour les singes, les panthères ou les oiseaux, les cages ne mesuraient pas plus de 3m² mais nous avons tout de même fait mine d’apprécier la visite.

Malgré son invitation à déjeuner, nous avons préféré le laisser avec son fils et reprendre la route en direction de Bayamo.

One thought on “Camagüey

  1. Pingback: Santiago de Cuba |  Walk Around The World

Leave a Reply

%d bloggers like this: